Aller directement au contenu
Numérique.ca

Découvrez le phénomène de l'aveuglement aux bannières

En 2007, Jacob Nielsen a mis en évidence un phénomène, le eye tracking.

Les bannières publicitaires sont apparues pour la première fois dans les années 1980 pour promouvoir les produits Sears, mais c'est en 1993 et 1994 qu'on a vu apparaitre les bannières cliquables avec statistiques comme on les connaît. Abordables et faciles à concevoir, les bannières étaient le meilleur moyen d'afficher son produit en ligne. Avec le crash de la « bulle Internet » dans les années 2000 et la croissance des logiciels espions, ce modèle d'affaires a connu plusieurs bouleversements, même s'il reste encore très utilisé et populaire de nos jours. On peut tout de même se poser la question : est-ce encore une bonne stratégie marketing efficace ?

Qu'est-ce que l'aveuglement aux bannières (banner blindness) ?

Comme on peut le voir sur le graphique de suivi du regard fait par Jakob Nielsen (image à droite), les utilisateurs se sont attardés au contenu textuel en ignorant complètement toutes les publicités présentes sur les sites Web (encadré en vert), et ce, peu importe le positionnement, la dimension et même le design de la bannière. Le phénomène de l'aveuglement aux bannières nous amène donc à nous demander si l'achat de publicité est vraiment une bonne idée et surtout si c'est une avenue rentable. 

Et en chiffres, ça donne quoi ?

Si on tient compte des statistiques de Christophe Da Silva pour les formats de bannières habituels, environ une personne sur 600 en moyenne cliquera sur votre bannière. Et bien entendu, rien ne garantit que cette personne est intéressée par votre produit ou qu'elle achètera sur votre site Internet. Par ailleurs, « Yahoo ! a mentionné que les bannières perdaient de leur efficacité au bout de 2 semaines d'utilisation ».

Finalement, plusieurs facteurs influencent directement l'efficacité de vos publicités : leur design, leur impact publicitaire, leur dimension, leur positionnement sur la page, leur format, leur poids, etc. En gros, si vous n'avez pas de connaissances étendues en placement publicitaire sur le Web et que vous n'êtes pas prêt à faire une campagne à grande échelle et à la renouveler fréquemment, les bannières publicitaires ne sont probablement pas la solution pour vous.

Pendant leurs meilleurs jours, les bannières obtenaient un taux de clic à 5 %. En 2007, les internautes ont appris à associer les bannières au design du site Web. C'est la raison pour laquelle le taux de clic a diminué se retrouvant entre 0,02 % et 0,05 %. (dncom-marketing.com)