Aller directement au contenu
Numérique.ca

5 mythes sur l'UX (expérience-utilisateur)

5 mythes sur l'UX (expérience-utilisateur)

Il existe une panoplie de références sur comment offrir une belle expérience-utilisateur, par contre, plusieurs points sont basés sur des mythes, ou sur des études désuettes. Voici donc 5 des mythes les plus populaires sur l'UX :

1. Tout le monde lit de la même façon.

Évidemment, c'est un mythe. Certaines personnes s'attardent à chaque mot, d'autres ne font qu'un survol rapide, certaines personnes peuvent dévorer un livre dans une soirée et d'autres, peinent à le finir dans un mois. Bref, tout le monde est différent. Ceci étant dit, une étude effectuée par Jakob Nielsen a démontré que la majorité des gens utilisent une des 2 grandes façon pour lire le contenu d'un site.

Lecture en F

Lecture en Z

Vous devez toujours vous assurer que votre contenu répond bien aux 2 styles de lectures. Pour vous aider dans vos démarches, nous vous recommandons de :

  • S'assurer que les informations les plus importantes dans une description de produit se retrouve dans les 2 premières phrases;
  • Garder vos contenus intéressants et seulement utiliser de petits paragraphes;
  • Utiliser les balises H2 et H3 ainsi que des points de forme pour aider à la découpe de votre texte;
  • Autant que possible, conserver le titre principal (H1) aux alentours de 7 mots;
  • Valider la lisibilité de votre texte avec des outils en ligne;
  • Garder un bon espace blanc entre vos paragraphes.

En suivant ces consignes, vous augmentez les chances que votre contenu sera lu et compris.

2. Ton contenu principal doit apparaître sans être obligé de défiler.

On entends régulièrement des clients qui veulent que tout le contenu apparaisse du premier coup d'oeil, sans être obligé de défiler. Le résultat obtenu est souvent un site trop compact pour être bien efficace.

C'est vrai qu'au début des années d'Internet, c'était la bonne marche à suivre puisque les gens n'étaient pas encore habitués à utiliser la barre de défilement. Par contre, avec l'arrivée des tablettes et écrans tactiles, la grande majorité des gens ont désormais le réflexe de défiler le contenu. On peut donc aujourd'hui en profiter pour créer des visuels beaucoup plus épurés et efficaces qu'il y a une dizaine d'années.

3. Design fonctionnel veut dire bonne expérience-utilisateur.

Au départ, on pourrait penser que c'est la même chose. Pas tout à fait! La réalité est qu'un design fonctionnel peut aider à l'expérience-utilisateur, mais rien n'est garanti.

Design fonctionnel

On définit un design fonctionnel comme étant un design intuitif pour l'utilisateur. Par exemple, que le logo de l'entreprise se retrouve dans le coin en supérieur gauche, qu'il soit cliquable, que le lien pour changer de langue se retrouve dans le coin supérieur droit, que le menu soit toujours présent lorsqu'on défile, etc.

Bref, si un utilisateur est capable de naviguer sur votre site, sans se poser de questions, on peut dire que le design est fonctionnel.

Bonne expérience-utilisateur

Lorsqu'on parle d'expérience-utilisateur, on parle surtout des émotions ressenties par le visiteur. C'est s'assurer que les couleurs et la présentation utilisées sont en harmonie partout sur le site, de manière à faire ressortir le sentiment recherché par le site en question.

Par exemple, une façon d'inculquer la confiance serait une bonne utilisation de témoignages, ou d'afficher des logos de compagnies reconnues. Ça démontrerait à vos visiteurs que vos clients sont satisfaits et qu'ils peuvent travailler avec vous en toute confiance.

Comme vous voyez, un site pourrait avoir un design fonctionnel, avec toutes les choses bien programmées et au bon endroit, par contre, si les couleurs utilisées ne vont pas bien ensemble, on ne pourra pas dire que le site offre une bonne expérience-utilisateur.

4. On n'a pas besoin d'espaces blancs.

Un peu comme le point #2, plusieurs clients ont horreur des espaces blancs. Ils considèrent ça comme une perte d'espace. Ils se disent qu'ils paient le gros prix pour leur publicité, ils veulent donc utiliser chaque centimètre pour pousser un message.

Pourtant, plusieurs études ont démontrer que l'utilisation d'espace blancs n'aide pas seulement à la lisibilité, mais apporte un sentiment de rafinement, de luxure. On peut prendre un exemple sur Apple, qui utilise les espaces blancs à profusion pour mettre l'accent sur le produit en question.

Les espaces blancs ne sont pas seulement utilisés dans les textes. Ils sont utilisés dans l'espacement entre les menus, entre les produits, etc. Ne considérez pas les espaces blancs comme du vide, mais plutôt comme un outil vous permettant de sculpter une bonne expérience-utilisateur.

5. L'utilisateur doit pouvoir tout faire dès le départ.

Évidemment, ce point est également lié avec le point #2 qui faisait en sorte que les clients veulent pouvoir tout faire au premier coup d'oeil. Selon la loi de Hicks, plus on offre des choix à l'utilisateur, plus il prendra du temps à réagir.

Un des tests les plus marquants sur cette théorie est celle des jarres de confiture. Ils ont présenté 2 kiosques de confitures dans un gros super-marché. Le premier kiosque, qui offrait 24 saveurs, a obtenu un rendement de 60% sur le nombre de personnes qui y gouttaient, par contre, seulement 3% des gens achetaient. Le deuxième kiosque, qui n'offrait que 6 saveurs, a obtenu un moins bon rendement sur le nombre de personnes qui y gouttaient (40%), par contre, le taux de conversion pour les ventes atteignait presque 30%.

Qu'est-ce qui cause cette différence? Il semblerait que ce sont les attentes des clients vis-à-vis le produit en question. Lorsqu'on présente plusieurs choix, l'utilisateur s'attends à pouvoir faire le choix parfait. De l'autre côté, si l'utilisateur n'a que quelques choix, il ne se fait pas trop d'attentes, donc ne finit pas par être déçu du résultat.

En conclusion, si vous suivez ces consignes, vous offrirez définitivement une expérience-utilisateur de qualité supérieure.